Partagez

Partagez

Ou copiez-collez le lien suivant :

Votez
pour l'action

Votez
pour l'action

Vous aimeriez savoir comment les partis politiques se comparent par rapport aux enjeux clés en santé? Nous avons élaboré ce guide pour vous aider à voter en toute confiance en 2019.

  1. Régime national d’assurance-médicaments
  2. Soins aux aînés
  3. Violence au travail / dotation en personnel
  4. Financement fédéral de la santé
  5. Programme national de garderies

Régime national d’assurance-médicaments

La position des infirmières et des infirmiers du Canada

Selon 93 % des personnes au Canada, il est important d’assurer, à tous, l’égalité d’accès aux médicaments sur ordonnance; 88 % pensent que c’est la responsabilité du gouvernement fédéral. La FCSII appuie les recommandations du rapport final du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. Ces recommandations offrent une feuille de route pragmatique pour aller de l’avant et mettre en œuvre un régime national et universel d’assurance-médicaments, à payeur unique.

info

Parti libéral du Canada

Résultat : 4 / 5

Faits saillants : a) créer une Agence canadienne des médicaments pour négocier l’achat des médicaments (le Budget 2019 prévoit 35 millions $ pour créer un Bureau de transition vers une agence canadienne des médicaments); b) mettre en place un formulaire national des médicaments; c) mettre en œuvre une stratégie des médicaments pour les maladies rares; d) négocier avec les provinces et les territoires la conception et la mise en œuvre du régime universel, en ayant pour guide les recommandations du Conseil consultatif.

Analyse : Six (6) milliards $ sur quatre ans sont prévus relativement aux soins de santé publics, notamment 750 millions $ en 2020; 1,75 milliards $ en 2021-2022 pour la santé mentale, les soins primaires, les soins à domicile et les soins palliatifs, ainsi que de « prochaines étapes essentielles » vers la mise en œuvre d’un régime universel d’assurance-médicaments. Cet engagement en matière de financement est moindre que la recommandation du Conseil consultatif d’une augmentation annuelle progressive commençant en 2022 avec un investissement de 3,5 milliards $ du gouvernement fédéral. La référence aux recommandations du Conseil consultatif est positive, mais nous nous attendions à ce que l’on suive toutes les recommandations.

Parti Vert du Canada

Résultat : 4.5 / 5

Faits saillants : a) élargir la Loi canadienne sur la santé pour y inclure les médicaments sur ordonnance dispensés ailleurs qu’à l’hôpital, et créer un régime d’assurance-médicaments financé par l’État et à payeur unique; b) créer une agence pour l’achat en masse des médicaments; c) réduire les périodes de protection des brevets pharmaceutiques; d) appuyer les recommandations du Conseil consultatif relatives à un formulaire national complet.

Analyse : Le Parti Vert demande un financement de 26,7 milliards $ en 2020-2021, et qui attendrait 31,37 milliards $ d’ici 2024-2025, et les contributions provinciales et territoriales commenceraient alors. Le Parti Vert prévoit un financement progressif afin de mettre en œuvre rapidement le régime universel d’assurance-médicaments, reconnaissant ainsi la nécessité et l’urgence d’un changement fondamental. Il est important d’être conscient des difficultés liées à la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments dans un délai aussi ambitieux, comme l’a souligné le rapport du Conseil consultatif.

Nouveau Parti démocratique du Canada

Résultat : 4.5 / 5

Faits saillants : a) propose une législation basée sur le modèle de la Loi canadienne sur la santé, qui se traduirait en un transfert de fonds, aux provinces et territoires, pour le régime d’assurance-médicaments, et contingent aux provinces offrant la couverture universelle et respectant un formulaire national; b) une agence publique indépendante élaborerait le formulaire fondé sur les données probantes et négocierait avec les compagnies pharmaceutiques; c) les médicaments nécessaires seraient alors couverts de la même façon que les soins médicaux et hospitaliers, ils seraient gratuits et sans quote-part, franchise ou prime, et seraient financés par un régime public couvrant tout le monde.

Analyse : Le NPD a promis un investissement fédéral annuel de 10 milliards $ commençant à la fin de 2020 (y compris partage des coûts avec les provinces et les territoires). Donner priorité à la mise en place d’un régime universel d’assurance-médicaments signifie mettre fin rapidement aux problèmes d’accès ainsi qu’une diminution des prix payés par le Canada pour les médicaments nécessaires. Il est important de reconnaître les défis liés à la mise en œuvre, d’ici l’an prochain, d’un régime national d’assurance-médicaments car cela pourrait ne pas être possible à la lumière des obstacles potentiels sur le plan politique et sur le plan technique.

Parti conservateur du Canada

Résultat : 0 / 5

Aucun engagement n’a été pris par le Parti conservateur du Canada par rapport au régime national d’assurance-médicaments.

Soins aux aînés

La position des infirmières et des infirmiers du Canada

7 personnes sur 10 au Canada pensent que le système de soins de santé a besoin de fonds nouveaux venant du gouvernement fédéral afin d’aider les provinces à assumer les coûts à la hausse des soins aux aînés; selon 91 % des personnes au Canada, on devrait garantir les mêmes normes de soins à tous les aînés qu’importe leur lieu de résidence ou leur revenu. La FCSII appuie un financement fédéral ciblé pour les provinces et les territoires, basé sur les besoins de la population en matière de soins aux aînés, ainsi que des normes de soins minimales prévues par la loi.

info

Parti libéral du Canada

Résultat : 3.5 / 5

Faits saillants : a) des ententes bilatérales prévoyant 6 milliards $ sur dix ans pour les provinces et les territoires (en sus du Transfert canadien en matière de santé), et ciblant les soins communautaires et à domicile; b) 50 millions $ sur cinq ans pour une stratégie sur la démence, et 31,6 millions $ pour le consortium national de recherche sur la démence prévu dans le Budget 2019; c) le programme  électoral cible les soins à domicile et les soins palliatifs en tant qu’un élément avec 6 millions $ en fonds supplémentaires pour améliorer le soins de santé publics.

Analyse : L’engagement du gouvernement libéral à financer les soins communautaires destinés aux aînés grâce aux ententes bilatérales est généreux; il faut donner crédit au parti pour sa percée relative à une stratégie sur la démence et pour son engagement à verser davantage pour les soins à domicile et les soins palliatifs dans le cadre de ses dépenses en soins de santé publics. Toutefois, un financement fédéral ciblé pour les aînés, fondé sur les besoins de la population, permettrait de régler les problèmes à long terme en matière d’accès et de coût abordable; pour assurer la qualité des soins aux aînés, des normes minimales de soins doivent être obligatoires.

Parti Vert du Canada

Résultat : 2.5 / 5

Faits saillants : a) élaborer et financer une stratégie nationale sur la démence; b) offrir un soutien aux plans innovateurs de partage de domicile et autres mesures permettant aux personnes de demeurer dans leur domicile aussi longtemps que possible; c) augmenter le nombre de lits en soins de longue durée dans les établissements locaux.

Analyse : La plateforme du Parti Vert comprend des engagements ciblant les soins aux aînés (augmenter le nombre de lits en soins de longue durée et une stratégie nationale en matière de démence), mais elle ne met pas l’accent sur l’augmentation du personnel dans les établissements afin d’améliorer les soins pour tous les aînés, y compris ceux et celles atteints de démence. Un financement fédéral ciblé pour les aînés, fondé sur les besoins de la population, permettrait de régler les problèmes à long terme en matière d’accès et de coût abordable; pour assurer la qualité des soins aux aînés, des normes minimales de soins doivent être obligatoires. 

Nouveau Parti démocratique du Canada

Résultat : 4 / 5

Faits saillants : a) propose de financer une stratégie nationale des aînés, qui serait négociée avec les provinces, les territoires et les gouvernements autochtones, et qui comprendrait une stratégie nationale en matière de démence et un plan de prévention de la violence envers les personnes âgées; b) collaborer pour élaborer des normes nationales de soins pour les soins à domicile, comprenant des services de base couverts par un régime public, ainsi que des normes nationales minimales pour les soins de longue durée, qui seraient énoncées dans la Loi canadienne sur la santé; c) aider les 8 millions et plus d’aidants familiaux au Canada en remboursant le crédit d’impôt aux aidants familiaux.

Analyse : La stratégie nationale des aînés du NPD est exhaustive et tient compte des soins à domicile et des soins de longue durée. Le NPD mérite d’être crédité pour son engagement à élaborer des normes nationales de soins aux aînés afin de permettre l’égalité d’accès à des soins de qualité qu’importe le lieu de résidence. Nous aurions aussi aimé voir un financement fédéral ciblé pour les aînés, fondé sur les besoins de la population.

Parti conservateur du Canada

Résultat : 1 / 5

Faits saillants : a) s’engage à maintenir les ententes bilatérales en matière de financement, signées par le gouvernement fédéral sortant avec les provinces et les territoires, soit un financement de 11 milliards $ sur dix ans pour améliorer l’accès aux soins à domicile et communautaires; b) aucune mention directe des soins aux aînés dans leur plateforme.

Analyse : Bien que l’engagement à maintenir les ententes bilatérales promet le statu quo, il n’y a aucun engagement relatif aux soins aux aînés dans la plateforme du Parti conservateur qui va au-delà des engagements du gouvernement précédent. Si nous voulons éliminer l’important manque à gagner relatif au financement des soins aux aînés – par exemple en soins de longue durée – il faut un financement fédéral ciblé.

Violence au travail / dotation en personnel

La position des infirmières et des infirmiers du Canada

Selon un sondage mené par la FCSII, 61 % du personnel infirmier mentionnent avoir eu un grave problème lié à la violence au travail au cours d’une période de 12 mois. Chaque jour, au Canada, des travailleurs de la santé reçoivent des coups de pied ou de poing, se font cracher dessus ou insulter. Cette année, un comité parlementaire s’est penché sur la violence au travail subie par les travailleurs de la santé et a fait plusieurs recommandations importantes, y compris que le gouvernement fédéral collabore avec les provinces et les territoires pour promouvoir l’adoption de pratiques exemplaires, augmenter la sécurité, et régler le manque de personnel. La FCSII appuie les recommandations du comité parlementaire.

info

Parti libéral du Canada

Résultat : 2 / 5

Faits saillants : a) reconnaît que la consommation d’une substance – particulièrement la méthamphétamine – contribue à la hausse des incidents de violence dans les hôpitaux et les cliniques; b) s’engage à élaborer un plan à cet égard prévoyant un investissement de 150 millions $ pour le traitement, s’engage à participer à des groupes de travail municipaux et provinciaux sur la méthamphétamine, à améliorer les données et le suivi, à examiner la production et le trafic illégaux, et à s’attaquer aux causes profondes de la consommation de méthamphétamine.

Analyse : Le Parti libéral a raison de reconnaître le rôle joué par la consommation abusive d’une substance dans la hausse de la violence envers les travailleurs de la santé, mais le traitement de la dépendance à la méthamphétamine ne constitue pas une stratégie exhaustive pour régler cette crise. Le rapport parlementaire, Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada, fournit une feuille de route pour régler la crise dans tous les établissements de santé à partir d’une perspective nationale.

Parti Vert du Canada

Résultat : 5 / 5

Faits saillants : a) suivre les recommandations du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes, énoncées dans son rapport de juin 2019, Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada; b) donner à l’Institut canadien d’information sur la santé le mandat de recueillir des données supplémentaires sur cette question afin d’élaborer des politiques efficaces; c) inscrire la violence dans un contexte criminel; d) sensibiliser le public davantage; e) travailler de façon plus élargie pour répondre aux besoins en matière de dotation partout au pays.

Analyse : Le Parti Vert est sur la bonne voie en tenant compte des recommandations du rapport parlementaire sur la violence envers les travailleurs de la santé. Leurs engagements détaillés par rapport à cet enjeu sont dignes de mention, et font aussi écho aux recommandations énoncées dans le rapport parlementaire.

Nouveau Parti démocratique du Canada

Résultat : 5 / 5

Faits saillants : a) appuyer les recommandations du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes, énoncées dans son rapport de juin 2019, Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada; b) déposer de nouveau un projet de loi demandant d’amender le Code criminel afin que, lors de la détermination de la peine, les tribunaux reconnaissent en tant que circonstance aggravante le fait que la victime de voies de fait soit un travailleur du secteur de la santé; c) fournir des ressources fédérales pour protéger les travailleurs de la santé, particulièrement dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée; d) élaborer une stratégie nationale en matière de ressources humaines en santé afin de régler les pénuries et combler les lacunes dans le secteur de la santé. 

Analyse : La volonté du NPD à enrayer la violence envers les travailleurs de la santé est évidente dans tous leurs engagements pour régler le manque de personnel grâce à une stratégie nationale en matière de ressources humaines en santé, et déposer de nouveau un projet de loi pour prévenir la violence contre les travailleurs de la santé. Le NPD appuie aussi les recommandations issues du rapport parlementaire, Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada.

Parti conservateur du Canada

Résultat : 0 / 5

Aucun engagement n’a été pris par le Parti conservateur du Canada par rapport à la violence au travail et à la dotation.

Financement fédéral de la santé

La position des infirmières et des infirmiers du Canada

Le personnel infirmier du Canada appuie le point de vue largement partagé et selon lequel le financement fédéral de la santé, par l’intermédiaire du Transfert canadien en matière de santé aux provinces et aux territoires, doit augmenter d’au moins 5,2 % à chaque année si nous voulons suivre le rythme de la croissance et du vieillissement de la population, de l’inflation, de la croissance des revenus et de l’enrichissement. Ce financement est essentiel pour maintenir le niveau actuel de soins dispensés au pays. De plus, tout l’argent doit être dépensé pour les soins de santé, tel qu’énoncé dans la Loi canadienne sur la santé. Il faut aussi un financement ciblé supplémentaire, en sus du Transfert canadien, pour les secteurs prioritaires du système de soins de santé. (À noter : le régime national d’assurance-médicaments est exclu de l’analyse de cet enjeu faite par la FCSII).

info

Parti libéral du Canada

Résultat : 3 / 5

Faits saillants : a) a signé, en 2017, des ententes bilatérales avec les provinces et les territoires d’une durée de dix ans; b) augmentations au Transfert canadien en matière de santé en fonction de la croissance annuelle du PIB nominal (estimées à 3,5 % à 4 %), avec un minimum de 3 %; c) s’est engagé à verser 11 milliards $ sur dix ans par l’intermédiaire des ententes bilatérales pour améliorer l’accès aux soins à domicile et communautaires, et aux services de santé mentale et de désintoxication; d) 6 milliards $ supplémentaires au cours des quatre prochaines années pour les soins primaires, des normes nationales pour l’accès à des services de santé mentale, et un meilleur accès aux soins à domicile et aux soins palliatifs (ainsi que des sommes pour la mise en œuvre du régime national d’assurance-médicaments. Ces sommes ne sont pas inclues dans l’analyse de la FCSII de cet enjeu).

Analyse : Le gouvernement libéral n’a pas légiféré pour augmenter le Transfert canadien en matière de santé d’au moins 5,2 % par année. Une indexation de 5,2 % est considérée par plusieurs comme le minimum nécessaire pour maintenir le niveau actuel de services, et est même inférieure à l’indexation de 6 % prévue dans l’accord antérieur sur la santé. Toutefois, les 11 milliards $ de financement ciblé pour la santé mentale et les soins à domicile sont un ajout positif et réduisent le manque à gagner engendré par la différence d’indexation. De plus, un financement supplémentaire pour les soins primaires, la santé mentale, les soins à domicile et les soins palliatifs est digne de mention mais signifiera peu parce que cela fait partie de la même enveloppe budgétaire que le régime national d’assurance-médicaments.

Parti Vert du Canada

Résultat : 4.5 / 5

Faits saillants : a) rétablir l’accord sur la santé fédéral-provincial-territorial et baser les transferts en matière de santé sur les réalités démographiques et les besoins véritables en matière de santé dans chaque province; b) assurer une augmentation du financement au diapason de l’indexation de 5,2 %; c) donner priorité à une augmentation des services de santé mentale et de réadaptation, à la diminution des délais d’attente, à l’accès à des services d’avortement sûrs, et à l’accès à des services de santé liés à l’affirmation du genre qui seraient négociés dans un nouvel accord sur la santé; offrir les soins dentaires aux personnes à faible revenu.

Analyse : Le Parti Vert démontre un engagement ferme par rapport au financement fédéral des soins de santé. Il est crucial que le financement fédéral augmente d’au moins 5,2 % à chaque année, et le Parti Vert s’engage à le faire. L’engagement du Parti Vert à cibler les délais d’attente et augmenter les services dans un nouvel accord sur la santé qui serait négocié, ainsi que les fonds pour les soins dentaires des personnes à faible revenu, sont aussi bien accueillis.

Nouveau Parti démocratique du Canada

Résultat : 3 / 5

Faits saillants : a) aucun engagement par rapport au Transfert canadien en matière de santé; b) investir dans les soins dentaires (et dans le régime national d’assurance-médicaments qui est exclu de l’analyse de cet enjeu par la FCSII) pour diminuer la pression sur les budgets provinciaux et afin que les partenaires provinciaux et territoriaux puissent réinvestir les fonds dans d’autres secteurs prioritaires; c) ces secteurs prioritaires sont les soins des yeux, la santé mentale, la diminution des délais d’attente, et surmonter les défis en matière d’accès aux médecins, au personnel infirmier et autres professionnels de la santé. 

Analyse : Il est important pour la santé générale de toute personne vivant au Canada d’avoir accès aux soins dentaires qui représentent une dépense élevée. Le Transfert canadien en matière de santé doit toutefois demeurer prioritaire pour assurer – au minimum – que les niveaux actuels de soins soient maintenus dans les provinces et les territoires. Le NPD ne s’est pas engagé à augmenter le Transfert canadien en matière de santé et ne prévoit aucun financement ciblé par rapport à d’autres secteurs clés de la santé (outre le régime national d’assurance-médicaments).

Parti conservateur du Canada

Résultat : 1 / 5

Faits saillants : a) s’engage à maintenir et à augmenter le Transfert canadien actuel en matière de santé, avec une augmentation d’au moins 3 % chaque année; b) b) s’engage à maintenir, dans les ententes bilatérales, le financement supplémentaire pour la santé mentale et les soins à domicile conformément aux priorités partagées en matière de santé; c) prévoit 1,5 milliard $ pour acheter de nouveaux équipements d’imagerie médicale pour les établissements de santé partout au pays.

Analyse : La somme actuelle du Transfert canadien en matière de santé est insuffisante. Le Parti conservateur a présenté cette formule de financement comme quelque chose qui mérite des applaudissements, alors que le statu quo est non viable pour le système de soins de santé. Certes, plusieurs établissements ont besoin de nouveaux équipements pour les tests d’IRM et de densitométrie mais on ne sait pas si le Parti conservateur a aussi l’intention de fournir ces nouveaux équipements aux cliniques privées et à but lucratif, qui violent la Loi canadienne sur la santé.

Programme national de garderies

La position des infirmières et des infirmiers du Canada

Le personnel infirmier du Canada est d’accord avec les experts chefs de file de la garde d’enfants : toutes les familles devraient avoir un accès égal à des services de garderie abordables, inclusifs et de grande qualité, qu’importe leur lieu de résidence. On s’attend à ce que le gouvernement fédéral prévoie des fonds pour que le Canada s’harmonise à la norme internationale de 1 % du PIB allant à la garde d’enfants – une augmentation par rapport à la dépense actuelle d’environ 0,3 % – et à collaborer avec les provinces et les territoires pour élaborer un programme national de garderies.

info

Parti libéral du Canada

Résultat : 4 / 5

Faits saillants : a) va presque doubler l’appui financier du fédéral pour la garde d’enfants offert aux provinces et aux territoires, en investissant 535 millions $ de plus à chaque année; b) créer jusqu’à 250 000 places de plus (avant et après l’école) pour les enfants de moins de dix ans; c) va diminuer de 10 % les frais des parents dans tout le pays; d) 10 % des nouvelles places seront consacrées à offrir davantage d’options aux parents qui font des heures supplémentaires, travaillent tard ou ont plusieurs emplois.

Analyse : Les engagements du Parti libéral sur cet enjeu sont exhaustifs et généreux, mais il faut davantage de financement fédéral pour nous rapprocher de la norme internationale de 1 % du PIB dans les quatre prochaines années. Étant donné que de nombreux infirmiers et infirmières ne font pas du « 9 à 5 », l’engagement du Parti libéral à créer de nouvelles places pour rendre la vie plus facile pour ces parents a beaucoup d’importance. 

Parti Vert du Canada

Résultat : 5 / 5

Faits saillants : a) financer la garde d’enfants au rythme de 10 milliards $ sur quatre ans; b) collaborer avec différents paliers de gouvernements et autres principaux intervenants pour créer une feuille de route en matière de politiques, basée sur les principes d’universalité, de qualité, d’inclusivité, d’équité et de coût abordable; c) éliminer la TPS sur tous les coûts de construction liés aux espaces dans les garderies.

Analyse : Les engagements du Parti Vert relatifs aux services de garderie sont louables et permettront au Canada de se rapprocher de la norme internationale de 1 % du PIB. L’approche du Parti Vert par rapport à l’emplacement de la garderie – tenant compte de la diversité des besoins des familles, de la distance à parcourir et du côté pratique – mérite aussi d’être soulignée. 

Nouveau Parti démocratique du Canada

Résultat : 5 / 5

Faits saillants : a) mettre en place un programme universel de garde d’enfants et d’apprentissage de la petite enfance d’ici 2030, en commençant avec un investissement de 10 milliards $ sur quatre ans; b) créer plus de 500 000 nouvelles places dans des garderies réglementées; c) plafonner le prix à 10 $ par jour, selon les modèles de la Colombie-Britannique et du Québec.

Analyse : L’engagement du NPD relatif à la garde d’enfants est très généreux avec un financement fédéral qui nous rapprochera de la norme internationale de 1 % du PIB. Utiliser les modèles de services de garderie du Québec et de la Colombie-Britannique pour qu’ils soient adoptés par les autres provinces et territoires est à la base d’un programme national de garderie vraiment universel, abordable, inclusif et de grande qualité.

Parti conservateur du Canada

Résultat : 0 / 5

Aucun engagement n’a été pris par le Parti conservateur du Canada par rapport au programme national de garderies.

Rapport complet

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers (FCSII) a examiné le programme électoral de chaque parti de façon non partisane, en se basant sur les réponses de chacun des quatre partis principaux à un questionnaire sur les enjeux prioritaires de la FCSII, ainsi que sur les informations sur les plateformes des partis, qui ont été rendues publiques jusqu’à maintenant.